Les pieds dans l’eau

par | 17 Juil, 2021 | Monde

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est thumbnail_rain-84648_1920.jpg.

Une partie du nord de l’Europe à les pieds dans l’eau. Dans certains pays comme l’Allemagne et la Belgique il n’y a pas que des dégâts matériels, mais aussi des personnes disparues et quelques décès. Dans l’Allemagne de l’ouest ( le village de Schuld et dans la ville de Bad Muenstereifel), à l’est de la Belgique près de Liège, aux Pays-Bas et au Luxembourg les villes sont sous l’eau. En Allemagne une centaine de personnes y ont laissés la vie et en Belgique pour le moment ils sont 15.

En Suisse, plusieurs lacs ont vu leur niveau augmenter de plusieurs mètres, comme le lac de Bienne, de Thoune et le lac des Quatre Cantons. À Bienne les plages, les rives et embarcadères sont sous l’eau, l’Aar à un débit de 514m3 par seconde certes moins qu’en 1999 qui comptait un débit de 613 m3 par seconde, pourtant le niveau reste très élevé. Quant au lac de Thoune il a presque atteint son niveau maximal avant de sortir de son lit (434,73 m), bien qu’à Berne les caves sont déjà inondées.

Pourtant les villes ne sont pas les seules touchées, dans la campagne, les paysans et maraîchers connaissent beaucoup de pertes à cause de ces fortes pluies. Après les coups de gel de ce printemps qui avaient déjà détruits beaucoup de récoltes, les champs sont inondés, plus rien ne pousse, mais moisi. Cet été, dans les étals des magasins et dans les marchés les produits Suisse seront moins présents et plus chers. Les sols ne sont pas assez résistants pour accueillir autant d’eau, une des conséquences de la culture intensive et de l’usage des pesticides.

Cette situation est très préoccupante, cela fait plus de 70 ans qu’il n’y a pas eu autant de pluie durant le mois de juillet. Durant cette décennie, nous avons déjà eu en 2007 puis en 2014 de fortes pluies durant l’été, mais les niveaux de précipitation sont beaucoup plus élevés que durant le dernier siècle. Une des particularités de cette année est que ce phénomène n’est pas localisé à un endroit en particulier, mais s’est généralisé dans toute la Suisse, touchant Berne, Lucerne, Zurich…

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est thumbnail_2006175668.png.

Elle est due à une poche d’air froid abandonnée par la calotte du pôle Nord (appelée la goutte froide) qui confronte des airs plus chauds et créer de forts orages et pluies. Cet anticyclone reste emprisonné dans le nord à cause des vents faibles. Quant aux températures, elles ne dépassent pas les 25°C en Suisse, plutôt bas pour la saison. Paradoxalement, l’été pourrait être un des plus chaud, jamais enregistré, qui dépasserait même la moyenne. L’anticyclone se déplace vers les Balkans et devrait nous apporter de l’air plus sec pour ces prochains jours.

Hélas ses phénomènes météorologiques pourraient bien être à l’avenir beaucoup plus présents et de plus en plus fort. Comme le niveau de CO2 est élevé, il y a de l’effet de serre, l’air se réchauffe, les vents se déplacent moins vite donc les cyclones et les anticyclones restent plus facilement bloqués à un endroit. Comme à Vancouver où il y a eu une grande vague de chaleur avec des températures proches de 50 °C et a fait 134 morts.

Sources :

Tiré du 19h30 et de la météo suisse du 15 juillet [page consultée le 16 juillet] https://www.rts.ch/info/suisse/