Toutes les photos ont été prise par Nolwennphotographie

« Laissez lire, et laissez danser ; ces deux amusements ne feront jamais de mal au monde. » ainsi disait Voltaire. Et c’est sûrement avec une idée similaire qu’est né l’atelier « Entre Mots et Mouvements ».

Crée en été 2020 par Sarah Marie Benninghoff, il se veut un lieu de rencontre entre la danse et l’écriture. Sa conception est venue du désir de l’animatrice de combiner danse et écriture dans sa propre pratique. Ce sont deux disciplines qu’elle explorait déjà pendant des années et voulait expérimenter avec leur mélange, voir comment ils peuvent se complémenter.

« Étant autrice et danseuse, j'avais envie de faire dialoguer concrètement ces deux arts qui me semblaient déjà liés tant dans ma façon de concevoir l'écriture, que dans ma pratique de la danse et de la chorégraphie. » - Sarah Marie

Ayant passé trois ans à l’Institut Littéraire Suisse en tant qu’étudiante, elle avait maintenant l’envie de prendre la place d’une guide et enseignante, d’introduire d’autres personnes dans la création. Cet atelier est donc né de ces deux motivations.

« Je me suis alors nourrie de cette formation en écriture, comme de différentes pratiques dansées, dont le mouvement authentique que je suis depuis plusieurs années. » - Sarah Marie

Le premier but de l’atelier? La création. En danse comme en écriture, l’atelier apprend aux participant.e.x.s à explorer leurs idées et, par la suite, les exprimer. Il permet d’avoir un moyen de s’évader du quotidien, de se perdre pour se retrouver dans l’art. Mais aussi pour observer ce qui nous entoure, l’analyser, le questionner. Il développe aussi la confiance en soi, en son corps, et en ses idées.

Un avantage: vous n’avez pas besoin d’avoir de connaissances préalables en écriture ou en danse, tout ce qui compte, c’est l’envie d’apprendre et de créer.

Sarah Marie lors d’un atelier.

L’atelier se déroule en trois temps. En premier, il y a l’échauffement qui vise à réveiller le corps et l’imagination. Il consiste en un exercice d’écriture et un de danse, permettant aussi de faire une entrée graduelle dans le processus artistique, ainsi le démystifiant et le rendant accessible. Ensuite, il y a une phase d’exploration, ou les inspirations et impulsions dirigent. C’est lors de cette phase, qui se déroule dans la danse et dans l’écriture, que les participant.e.x.s sont encouragé.x.s à creuser leurs idées et sensations qui leur permettront de passer à la troisième étape. Finalement, la dernière phase à lieu avec la création dans un des deux arts : les participant.e.x.s se focalisent sur une idée venant des deux autres phases et la développent pour la monter dans un art à la fin.

Si la structure globale reste la même, le thème de chaque atelier est différent. Il peut être sur quelque chose de l’entourage ou bien une idée abstraite. Par exemple, cet été, les ateliers ont eu lieu dans un jardin et les thèmes étaient donc liés à la nature avec des titres comme « l’orage », « l’animal », « le rêve », « la trace », « la lumière », et autres. Ces thèmes agissent comme un chemin pour guider la création, mais c’est aux participant.e.x.s de les interpréter et de les rendre vivants. Pour aider avec ceci, il y a souvent des consignes d’exploration, surtout lors du passage d’un art à l’autre, comme par exemple réfléchir aux sensations, aux ressentis, aux images, aux idées, qui restent après un mouvement.

L’art de la création est aussi en alternance permanente : un atelier commencera par l’écriture, le prochain par la danse, et ainsi de suite. L’animatrice l’explique comme « une ritournelle permettant de mettre danse et écriture sur un pied d’égalité.».

Montrer ses créations devant tout le monde ce n’est pas toujours facile. Pour permettre aux participant.e.x.s de se sentir à l’aise il y a donc une règle d’or au sein de l’atelier, celle du non-jugement et du non-commentaire.

« On ne critiquera pas les créations, mais les encouragera, les honorera, puisque rien n'est faux. Et quand je parle de critique, je pense aussi à celle que l'on se fait à soi-même, qui nous retient d'oser.» - Sarah Marie

En plus d’une telle règle, les participant.e.x.s bénéficient de l’aide de l’animatrice, qui est toujours là pour les guider en écrivant et dansant avec eux.

Si une telle aventure créative, pleine de mouvement et de mots, vous intéresse, vous pouvez vous inscrire à un atelier d’essai. Cette année, ils seront donnés cette année à La julienne de Plan-les-Ouates, de 10h à 12h deux dimanches par mois. (Les dates exactes sont disponibles sur le compte Instagram de l’atelier.)

Il est est aussi possible de faire venir l’atelier dans le canton de Vaud, s’il y a une envie chez certains lecteur·rice·s. Il suffit de contacter Sarah Marie par mail : info@sarah-marie.ch