Comment dites-vous 80 ?

par | 24 Fév, 2021 | Beaulieu, Culture

Bienvenue sur cet article !

Hier matin, alors que je prenais le bus pour aller au gymnase, j’ai compté ce qui me passait sous les yeux. J’ai donc pu compter vingt panneaux, cinquante passants, quatre-vingts arbres, dix passages piétons et huitante voitures. Puis je suis descendue du bus et la suite est une autre histoire.

Ma question, maintenant, est la suivante : sur quoi avez-vous buté dans les phrases précédentes ? Plus précisément dans la deuxième phrase, les autres étant là pour mettre un peu de contexte. Si vous n’avez pas eu de problème, c’est que, soit vous avez mal lu, soit vous êtes un bon « multi » francophone. Toutefois, si vous êtes suisse ou que vous avez vécu toute votre vie en Suisse, vous aurez sûrement remarqué le « quatre-vingts » glissé parmi les autres nombres. Vous avez certainement déjà entendu un camarade de classe, un ami, un parent, voir un professeur utiliser ce terme. Vous vous êtes alors déjà sûrement dit que « huitante » était quand même vraiment plus logique. Mais avez-vous déjà été chercher d’où pouvait bien venir cette différence d’expressions ? Non ? Alors cet article va vous permettre d’élargir votre culture générale.

Tiré du billet de Mathieu Avanzi de 2017, FRANÇAIS DE NOS RÉGIONS

Commençons basiquement. Les ordinateurs utilisent le langage dit binaire, dont vous avez certainement déjà entendu parler. Le langage binaire, autrement dit la base 2; purement et simplement parce qu’on utilise le 0 et le 1, c’est tout. Ensuite, lorsque vous êtes arrivés à l’école, vous avez appris (normalement) à compter. Sauf que nous n’utilisons pas seulement le 0 et le 1, ce serait bien trop simple, mais la base dix, c’est-à-dire, le système décimal. Et il y a bien longtemps, alors que les petits Mayas, Aztèques, Normands, certains Celtes et autres comptaient, ils n’utilisaient pas le système décimal mais vicésimal, ou vigésimal, à choix.

Nous allons, puisque nous habitons en Europe, nous occuper de la Gaule. On y parle, ou plutôt compte, de vingt en vingt, donc en système vigésimal. Les Romains débarquèrent alors avec leur empire, et tentèrent d’instituer le système décimal. Et ils y arrivèrent… à quelques exceptions près. En effet au Moyen Âge, on retrouve encore des « vint et dis » (30), des « deux vins » (40), des « trois vins » (60), des « trois vins dis » (70) ou encore des « quatre vins » (80) dans certaines régions.

Au XVème siècle, le système décimal se reprend et continue son avancée. Sauf au-delà de soixante neuf, des formes mixtes comme soixante-dix (70) apparaissent et des formes vicésimales comme quatre-vingt-dix (90) restent. On ne sait pas vraiment pourquoi, le hasard est souvent bien impliqué, mais quoi qu’il en soit, c’est au XVIIème siècle que tout se stabilise avec un monsieur appelé Claude Favre de Vaugelas (1585-1650), un grammairien savoisien et l’un des premiers membres de l’Académie française. Vaugelas écrit alors dans Remarques sur la langue française utiles à ceux qui veulent bien parler et écrire les mots suivants :

« Septante, n’est Français qu’en un certain lieu où il est consacré, qui est quand on dit la traduction des Septantes […]. Hors de là il faut toujours dire soixante-dix, tout de même que l’on dit quatre-vingts et non pas octante ou quatre-vingt-dix et non pas nonante. »

La forme, disons, « officielle » est donc celle du soixante-dix, du quatre-vingts et du quatre-vingt-dix, mais, comme le prouve la façon dont les suisses ou les belges parlent, les autres formes plus anciennes n’ont pas disparu et ont même été utilisées par Molière (!) ou encore Voltaire par la suite.

Donc, aujourd’hui, on emploie majoritairement soixante-dix, quatre-vingts et quatre-vingt-dix en France et les dictionnaires parlent de septante, huitante, nonante comme des « régionalismes belges et suisse » (voir https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/huitante/40593 et/ou https://dictionnaire.lerobert.com/definition/huitante et/ou autres dictionnaires disponibles près de vous). Mais de nombreux francophones utilisent les autres formes (suisses, belges, et certaines régions françaises).

70_ALF
Ces deux cartes de France sont tirées du billet de Mathieu Avanzi de 2017, FRANÇAIS DE NOS RÉGIONS

Vous avez tout compris ? Pour plus d’informations vous pouvez vous référer aux sites ci-dessous. Merci d’avoir lu et à bientôt.

Consultés pour ne pas dire de bêtises et pour plus d’informations : https://www.futura-sciences.com/sciences/questions-reponses/mathematiques-soixante-dix-pas-septante-8813/ / https://www.dictionnaire-academie.fr/article/QDL078 / https://francaisdenosregions.com/2017/03/26/comment-dit-on-80-en-belgique-et-en-suisse/ / https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Favre_de_Vaugelas